Être community manager, c’est forcément être la cible d’un tas de clichés dans le genre « tu es payé à poster et liker des photos sur Facebook, en bref à rien faire ». Bien que nous sommes déjà dans une ère indissociable du digital, beaucoup de personnes ignorent les coulisses de ce métier dans l’air du temps. Pour ce faire, nous sommes allés à la rencontre de Marie qui exerce cette activité en tant qu’auto-entrepreneur. Et lorsqu’on lui demande avec quoi rime freelance, sa réponse est pour le moins très claire : « organisation ». À travers son expérience, on y découvre l’envers du décor d’un métier souvent mal jugé ainsi que ses conseils de professionnelle en la matière.

Comment as-tu pris la décision de te lancer dans l’entrepreneuriat et pourquoi ?

Travailler en tant que freelance offre de nombreux avantages que je n’aurais jamais retrouvés en CDI, c’est ce qui a motivé ma décision. Notamment au niveau de la flexibilité et de l’indépendance. Cela me permet de prendre le temps dont j’ai besoin pour chaque client et de m’organiser exactement comme je le souhaite, ce qui n’est pas forcément le cas en agence. Une des grosses motivations qui m’a poussé à choisir ce statut a été de pouvoir gagner exactement ce que je valais, ni plus, ni moins, ce que je trouve vraiment très valorisant.

Pourquoi as-tu choisi le métier de community manager ? Une passion pour les réseaux sociaux ?

Oui ! Fille d’informaticien, je suis passionnée par le monde du web depuis toute petite. J’ai été sur les réseaux sociaux très jeune et je me suis rapidement intéressée aux différentes mécaniques. Ce choix de carrière s’est imposé à moi naturellement avec le temps.

Comment décrirais-tu les coulisses de ton activité de community manager ?

Les tâches s’orientent autour de 3 grands axes :

  • La veille, pour se tenir informé des nouveautés et des évolutions. Cela permet également de trouver de nouvelles inspirations.
  • La création de contenu, textes et visuels, ainsi que la gestion de boutiques Facebook. Je gère le contenu interne aux sites en parallèle de la gestion des réseaux sociaux, ce qui permet de penser en amont et de manière cohérente à la façon dont cela va être partagé et traité.
  • L’analyse et le suivi des statistiques pour adapter sa stratégie en fonction de l’évolution de la situation.

Il y a également en parallèle une grande partie qui consiste à dialoguer avec le client pour mettre en place les différentes actions et faire le point.

Combien de clients gères-tu sur les réseaux sociaux et quels sont les secteurs d’activité ?

Uniquement pour les réseaux sociaux, 2 actuellement. Un constructeur immobilier et un concept store autour de la plume, pour lequel je gère également une marque de manière ponctuelle. Je suis actuellement en discussion pour d’autres projets.

Je gère également la page Facebook d’un e-commerce axé autour du bien-être (luminothérapie, qualité de l’eau et de l’air, …) à côté de mes activités de freelance.

 

« La frontière entre vie personnelle et professionnelle devient très floue, ce n’est pas toujours simple »

 

À quoi ressemble une journée type de CM ? 

Je fais en sorte d’être disponible aux mêmes horaires qu’une entreprise lambda pour faciliter la communication. Ma journée commence donc en général aux alentours de 9h00. Mes journées sont partagées entre les différents services que je propose : community management, création de contenus et référencement (majoritairement SEO, mais également SEA).

Pour la partie CM, le matin est principalement dédié aux mails et aux points téléphoniques avec les clients pour faire le bilan. En parallèle, je consulte mes outils de veille et de statistiques. L’après-midi est plus dédié aux tâches de création des contenus.

Ce métier est de plus en plus convoité, comment fais-tu pour te démarquer de la concurrence ?

DEVENIR COMMUNITY MANAGER CONSEILJe mise sur deux points qui sont primordiaux pour moi : l’humain et la transparence.

Le métier de CM peut paraître obscur pour certaines personnes, il est donc important de rassurer et d’être transparent sur ce que l’on réalise et comment. Cela est d’autant plus important en freelance. Je travaille avec un taux horaire, il est donc important pour le client de savoir comment j’utilise mon temps et surtout d’être sûr que je l’utilise au plus juste.

L’humain est également à mon sens très important. Il faut pouvoir être en confiance avec le client pour rentrer dans son univers et le comprendre au mieux. Je travaille avec des entrepreneurs ou des TPE. Il est essentiel de voir la personne derrière le projet, avec ses envies et sa vision et non uniquement l’entreprise comme entité commerciale. Cela permet, à mon sens, de travailler dans une relation de confiance et de collaboration et non dans une relation hiérarchique. C’est ainsi que l’on produit un travail plus qualitatif. C’est également comme cela que se fait le bouche à oreille, ce qui est très important pour être pérenne sur le long terme.

Tu proposes aussi des formations, penses-tu que c’est plus intéressant pour des sociétés de former leur personnel plutôt que de prendre un community manager ?

Cela dépend du contexte et des besoins de l’entreprise, tout comme de ses objectifs.

Il m’arrive par exemple de travailler avec des gens qui viennent de monter leur entreprise et ont un très petit budget à allouer à la communication, dans quel cas une formation est plus intéressante financièrement pour eux. Ce qui n’exclut pas d’autres collaborations sur le long terme quand l’entreprise le pourra.

Dans d’autres cas, il y a des TPE qui n’ont pas le temps d’utiliser les Réseaux Sociaux. Dans quel cas une formation seule ne peut pas donner de résultat sur le long terme. Il est alors plus intéressant pour eux de passer par un prestataire CM pour se dégager du temps pour d’autres tâches. C’est un contexte où il m’est arrivé de former néanmoins le personnel, afin de faciliter la collaboration et la compréhension entre nous.

Enfin, comme je le disais plus haut, cela dépend beaucoup des objectifs de l’entreprise et de sa stratégie. Toutes les entités n’ont pas le même besoin en communication. Certains veulent une page sur tel ou tel réseau car il est nécessaire d’y être, mais misent leur prospection en priorité sur d’autres supports (c’est majoritairement le cas de petites entreprises locales). Dans quel cas le réseau a avant tout une valeur de vitrine. A contrario, d’autres misent tout sur les Réseaux sociaux (ce qui concerne ici plus les e-commerces par exemple). Dans le premier cas, un CM n’est pas indispensable et une formation peut être suffisante pour l’utilisation souhaitée… ce qui est plus compliqué dans le second cas.

Quelle a été ta pire expérience en tant que community manager ?

TÉMOIGNAGE CONSEIL COMMUNITY MANAGERJ’ai pour le moment la chance de ne pas avoir eu de mauvaise expérience avec mes clients ou les internautes lors de mes missions de CM. Mais si je devais citer une situation négative et complexe à gérer, ce serait la baisse continue du reach Facebook (organique et même payant à cette période de l’année) qui nécessite de modifier certaines stratégies sur le plus ou moins long terme, ce qui est parfois complexe à aborder avec les clients.

Pour l’anecdote, ma plus mauvaise expérience concerne une mission SEO, pour laquelle je devais paramétrer toutes les balises Title et Méta Description d’un site. Après mon passage, j’ai eu un retour mécontent du client qui m’a dit avoir du tout modifier pour “faire plus joli”.

 

Que conseillerais-tu à des personnes qui souhaitent devenir community manager en freelance ?

Assurez-vous d’avoir le tempérament pour cela. Même si ce statut apporte beaucoup d’avantages, il y a un contre coup non négligeable : une certaine insécurité financière ainsi que le fait d’être totalement seul. Il faut être sûr que l’on pourra supporter le stress que cela engendre.

Travailler chez soi n’est également pas toujours facile, cela demande beaucoup d’organisation et de motivation. La frontière entre vie personnelle et professionnelle devient très floue, ce n’est pas toujours simple.

 

Où retrouver Marie Goin sur la toile ?

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/marie-goin/

Site internet (en cours de création) : http://mariegoin.fr/

Cliquez-ici pour créer votre profil sur Captain Freelance

Cliquez-ici pour recevoir d’autres conseils qui vont booster ta vie de freelance


Also published on Medium.