Le fameux référencement naturel, un casse-tête pour certains et un jeu d’enfants pour d’autres. Nous avons recueilli le témoignage de Florian Zorgnotti, un consultant en SEO qui a appris à diversifier ses activités tout en gardant sa spécialité pour le référencement. Il nous raconte son parcours, ses expériences, et partage ses conseils pour devenir consultant SEO.

Pour lui, pas de doute, être freelance rime avec liberté !

« C’est ce que j’ai toujours voulu au fond de moi sans vraiment le savoir. Je me suis rendu compte qu’il y a 2 mondes bien distincts : celui du salariat et celui de l’entreprenariat, et je trouve le second beaucoup plus riche. »

 

Quel est ton parcours en tant que freelance ?

Je suis consultant en référencement naturel (consultant SEO). J’accompagne les indépendants et TPE dans leur stratégie de communication, visibilité et marketing sur le web.

Je suis également micro-entrepreneur depuis 2009 en tant que moniteur de ski dans les alpes du sud et j’ai commencé à bosser « officiellement » comme freelance dans le marketing digital en 2016.

J’ai un BTS en marketing et un master en communication numérique, j’ai donc débuté plusieurs projets à la fin de mes études en 2014 dont un blog voyage qui m’a permis d’expérimenter le freelancing sans toutefois être vraiment freelance.

Quelle a été ta motivation à te lancer dans l’entrepreneuriat ?

En réalité, c’est arrivé tout naturellement. Quand j’étais enfant, il était impossible pour moi de répondre à la question « qu’est-ce-que tu veux faire plus tard ? ». Je ne savais pas quoi faire de ma vie mais en revanche, je savais très bien ce que je ne voulais pas.

Je ne voulais pas avoir un patron qui puisse me dire quoi faire, je ne voulais pas avoir de contrainte de lieu et me taper métro-boulot-dodo tous les jours. Je voulais simplement être libre de travailler  où je veux, quand je veux, avec qui je veux et comment je le veux. La voie de l’entreprenariat était donc toute tracée pour moi.

« Mon job consiste aussi à faire en sorte que mes clients n’aient plus besoin de moi »

En quoi consiste le métier de consultant SEO ?

Mon job consiste à faire en sorte d’améliorer la visibilité d’un site web sur les moteurs de recherche. Je dois m’adapter à chaque objectif de conversion de mes clients.

Le but n’est pas forcement d’attirer un grand nombre de prospects sur le site mais d’attirer des prospects très qualifiés qui seront prêt à convertir.

Je dois donc mettre en place des leviers webmarketing sur le long terme afin d’améliorer la visibilité du site web.

comment devenir consultant SEO freelance

« Si les pro du SEO peuvent le faire, un indépendant avec « beaucoup » de motivation peut le faire aussi »

Comment t’es-tu spécialisé dans le référencement naturel ?

J’ai commencé en 2014 avec mon blog voyage. J’étais tellement passionné par ce blog que je me formais et cherchais partout comment faire pour le rendre visible.

Je me suis donc formé à la gestion des réseaux sociaux, à la rédaction de contenu, au référencement et aux webmarketing en général mais c’est vraiment le référencement naturel qui m’a le plus attiré.

En 2016, je fais une grosse formation en référencement avec Olivier Duffez, le leader de la formation en référencement naturel en France. J’ai eu le déclic de suite, j’ai monté mon site web pro dans la semaine et je me suis lancé en freelance la semaine d’après.

Avec la masse d’informations qui circulent sur les moteurs de recherche, difficile de se démarquer. De nos jours, penses-tu qu’il soit impossible pour une société de gagner en visibilité sans faire appel à un professionnel ?

Non, bien sur que non. D’ailleurs, c’est peut-être un peu paradoxal mais mon job consiste aussi à faire en sorte que mes clients n’aient plus besoin de moi. Le référencement naturel est un travail sur le long terme et rare sont les clients qui ont le budget pour faire appel à un pro sur plusieurs années.

Il n’y a également aucune école qui dispense des cours en référencement, nous sommes tous autodidactes, alors si les pro du SEO peuvent le faire, un indépendant avec « beaucoup » de motivation peut le faire aussi. Si son projet le passionne, il n’y aura aucun souci.

Après tout dépend le domaine et le marché. Dans un secteur concurrentiel, je pense qu’une société a besoin d’un professionnel. D’un autre côté, je pense qu’il est préférable de gagner du temps et de sous-traiter à un pro afin de ce concentrer sur son cœur de métier.

À quoi ressemble une journée de SEO ?

En réalité, aucune n’est identique et c’est pour ça que j’aime ce boulot. Pour un freelance, il faut en général : rechercher des clients, se former/faire une veille dans son domaine, entretenir son réseau et le contact avec les anciens clients, bosser sur les missions actuelles « quand il y en a ».

Je commence généralement à bosser vers 10h (car je suis un gros dormeur). Par contre, je termine souvent de bosser vers 23h. Le plus gros du boulot, c’est la recherche du client et son auto-promo. Pour moins je mise à 100% sur le référencement de mon site web via des articles de blog de très bonne qualité.

Tu as été digital nomad, qu’as-tu appris de cette expérience de vie ?

conseil consultant SEO freelanceMon expérience de digital nomad m’a conforté dans l’idée de vouloir me lancer dans le freelancing. Comme je le disais plus tôt, mon job de freelance me permet de travailler depuis n’importe où dans le monde. Je n’ai besoin que d’un ordinateur et d’une connexion internet. Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est qu’il y a déjà une grosse communauté de digital nomad française et international. C’est d’un grand soutien lorsqu’on veut se lancer.

Quelle a été ta pire expérience professionnelle depuis que tu es freelance ?

J’ai eu beaucoup de chance pour le moment car je n’ai pas eu trop de soucis. Je bosse de temps en temps avec des agences. C’est vraiment cool car cela permet d’amener des clients en automatique. Le seul souci, c’est que la personne avec qui tu es en contact disparait souvent pendant des jours, voire des semaines. Pour moi, ça a été pendant plus de 8 mois. Le projet était en suspens du côté de l’agence, le client n’avait pas encore réglé l’agence donc ma prestation à moi déjà réalisée ne pouvait pas être réglée non plus. C’est un peu frustrant mais au final, j’ai bien été réglé.

Je croise les doigts pour ne pas avoir de mauvaises expériences plus importantes.

Quel serait ton conseil envers des personnes qui veulent faire la même activité que toi ?

Avant tout, il faut être autonome. Bosser en freelance, c’est souvent le piège de rester bosser dans son lit en pyjama, alors on peut vite se retrouver à aller sur Facebook ou allumer sa console. Vu qu’il y a pas de cadre, pas d’horaires, cela peut vite devenir l’anarchie et l’on devient vite contre-productif. Il faut savoir se connaître et se fixer des règles.

Ensuite, il ne faut pas avoir le syndrome de l’imposteur. Beaucoup de personnes hésitent à se lancer car ils pensent qu’il faut être un expert pour démarrer. C’est faux, chacun peut démarrer demain s’il le souhaite. La seule condition, c’est de se former tout au long de sa vie.

Un livre à suggérer pour se former ou une formation ?

Oula ! Je me suis mis à lire beaucoup depuis que je suis freelance et il y a énormément de bouquins que j’ai adorés comme « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études » d’Olivier Roland mais aussi la biographie de Steve Jobs et d’Elon Musk. Le livre qui m’a le plus marqué est « Père riche, Père pauvre » de Robert Kyosaki.

Niveau formation, je recommande l’école pour entrepreneur en ligne : Livementor.

Où retrouver Florian Zorgnotti sur la toile ?

 

Cliquez-ici pour créer votre profil sur Captain Freelance

Cliquez-ici pour recevoir d’autres conseils qui vont booster ta vie de freelance