Nous vous proposons un article invité écrit par Justine Arma 

•••

Une année pour changer de vie !

Il y a un an, j’écrivais ceci :

« Il n’y a pas de «bonnes résolutions» à prendre cette année. Je ne vais pas arrêter de fumer ni de manger des bonbons et du chocolat. Je ne vais pas m’interdire des choses que j’aime. Je vais seulement continuer ma vie, sur ce chemin qui me rend si heureuse. Je vais essayer de m’élever au mieux. D’atteindre mes objectifs et tenter de comprendre qu’il n’y a pas d’échecs : il y a uniquement des leçons de vie à apprendre. Pas de restriction = pas de défaite = bonheur 😃 »

Il faut croire que cela m’a assez bien réussi !

Pourtant, j’ai entamé l’année 2017 au chômage !

Je venais d’avoir un diplôme d’attachée de presse et pour autant j’étais moralement mitigée. J’étais obsédée par ma reconversion professionnelle.J’avais la sensation de ne pas posséder le bagage scolaire en cohérence avec mes envies.

Alors, je suis tombée dans le piège d’une école privée, j’ai contracté un prêt étudiant de 5 350€ pour payer cette école. Deux mois plus tard, j’étais en direct sur RTL avec Julien Courbet pour récupérer mon argent, et celui de mes camarades. Ce n’était pas une école, c’était une entreprise parisienne peu scrupuleuse qui envoyait des cours vieux de deux ans, sans professeurs et sans suivi pédagogique. Le genre d’école privée qui possède une belle vitrine sur le web, un beau discours commercial et une belle promesse d’avenir ! Si tu es curieux, le lien du replay du passage radio est en fin de l’article.

J’étais perdue. Sans ce diplôme je ne justifiais en aucun cas mes compétences. Je pensais ne pas être qualifiée pour exercer mon métier. Métier que je cherchais à moitié paniquée. Comme si c’était l’oasis de mon désert. Je subissais une immense culpabilité. J’avais perdu du temps. Temps si précieux mis en exergue par le décompte de Pôle Emploi.

J’étais considérée comme une chômeuse de longue durée.

Ce n’était pas simple à accepter ni pour moi, ni pour mon entourage. J’avais beau me réveiller aux aurores, bosser comme une acharnée seule à mon bureau, j’entendais:

  • Bon, tu travailles de chez toi, mais tu fais quoi concrètement?
  • Et quand est-ce que tu vas vraiment travailler?
  • Plus ton chômage dure moins tu pourras retourner sur le marché du travail!

Le genre de phrases encourageantes et stimulantes vous en conviendrez.

Je me déplaçais aux entretiens d’embauche uniquement pour justifier de ma recherche active d’emploi.

Ca me prenait un temps fou de postuler, de répondre aux candidatures, de préparer mon entretien et de m’y rendre. C’était vraiment une corvée et une énorme perte d’énergie.

Je sabotais un peu mes entretiens. Pas trop pour ne pas culpabiliser mais suffisamment pour ne pas être embauchée.

  • Je ne regardais pas dans les yeux mes interlocuteurs
  • Pas de tailleurs, pas de chemises, plutôt un jean et un t shirt noir et des bottines. Pourquoi me grimer?
  • Pas de fausses promesses à la question: “ dans 5 ans vous vous voyez où ? 
  • Et évidemment, l’incontournable poignée de main toute molle

Pour autant, je ne parvenais pas à déterminer de quoi j’avais besoin. Ma seule certitude c’était ma volonté d’être libre et de faire exactement ce que j’aime.

Et puis, j’ai pris le train ou plutôt la fusée Livementor. Cette école en ligne pour les indépendants et les entrepreneurs.

En participant à la formation pour les Freelances, j’ai pu acquérir le bon état d’esprit. Au-delà d’avoir repris confiance en moi, j’ai réalisé que je tournais depuis trop longtemps autour du pot. Je n’avais surtout pas envie de décrocher un CDD ou CDI. Je voulais travailler pour moi, sur des projets qui me font vibrer. Je tenais surtout à être chez moi, en tout cas proche de mon compagnon et de ma famille.

J’étais totalement compétente et ultra motivée pour me lancer dans l’entrepreneuriat. J’étais transportée par ce que je faisais, par mon projet qui se dessinait jours après jours. J’ai profité des beaux jours de cet été pour affiner et déterminer mon métier, ma spécialisation qui est le nerf de la guerre!

Je suis aujourd’hui Community & Social Media Manager pour les artistes et les professionnels de la musique !

J’exerce un métier qui me passionne , que j’ai choisi et qui me permet de rencontrer des personnes formidables. J’évolue dans un milieu qui me permet de laisser libre cours à ma créativité.

Je me suis naturellement calmée sur le chocolat, et je me calme petit à petit sur la cigarette. C’est peut-être parce que je suis de plus en plus apaisée et sereine.

Community manager pour artistes

Voilà ce que je nous souhaite pour 2018

Je réitère la seule résolution que j’ai prise et qui me permet d’être pleinement en adéquation avec mes décisions. Il n’y a toujours pas de restrictions cette année, comme ça, il n’y a pas de défaites et je reste dans cette bulle de bonheur.

Pour terminer , je vous partage mon tout dernier projet avec l’artiste Tom Ace , pour entamer l’année sur les chapeaux de roues et de vous souhaiter en musique « Bonne année ».

Nous avons eu l’idée de cette chanson et de cette vidéo quatre jours avant le Nouvel An . Nous avons pris le parti de jouer avec l’histoire du morceau. Tom Ace raconte comment se déroule les soirées du Nouvel An. Sans plus attendre, j’ai tourné la vidéo avec mon iPhone 7+ à l’aide d’une perche à selfies.

Soit dit en passant, ne pensez pas qu’il faut obligatoirement des budgets de dizaines de milliers d’euros pour faire du Community Management!

Le seul scénario et la seule mise en scène existante, c’était notre soirée du Nouvel An (en avance pour le coup) .

En 24h , la musique était enregistrée et mixée. La vidéo était montée et étalonnée. Nous étions prêts et nous attendions le public!

Nous avons fait le choix de publier cette vidéo sur la page Facebook de Tom Ace. C’était hallucinant! Nous gagnons plus de 1000 vues toutes les heuressur une vidéo surprise et faite maison de surcroît! Le public était au rendez-vous, nous avons même reçu des vidéos de leur propre soirée du Nouvel An!

En matière de chiffres

  • 35 000 vues sur Facebook en 48h
  • 2 248 réactions, commentaires et partages
  • 287 nouveaux fans sur la page
  • 1 article dans un webzine spécialisé

Tous les résultats sont hyper positifs et très encourageants pour la suite des événements!

Au passage, la vidéo est le média qui fonctionne le mieux, et de loin, sur Facebook .. Ne le négligez pas!

Alors, je vous souhaite à tous mes meilleurs vœux!

Que votre vie soit celle que vous souhaitez vivre. Que vous puissiez être entourés d’amour, de joie et de belles personnes. Surtout, faites exactement ce qui vous fait vibrer!

PS : Pour les curieux qui veulent en savoir plus sur mon expérience avec une école privée parisienne peu scrupuleuse, voici le lien du replay de l’émission sur RTL: L’école buissonnière  : Justine est étudiante en 3e année de Bachelor à distance et elle rencontre de nombreux problèmes avec …www.rtl.fr

 

Article écrit par Justine Arma  ©

«  26 ans et native de Lyon, je suis passionnée de musique, de danse et de chant depuis mon enfance. Je chantais avant de savoir parler, je dansais en parlant et j’écoutais de la musique à plein temps.  D’origine italienne, j’aime parler et pas seulement qu’avec mes mains !  Je suis passionnée de communication de façon globale, mais surtout de communication digitale au service des artistes. C’est tout naturellement que j’ai choisi d’associer toutes mes passions et d’en faire mon métier. Je suis extrêmement heureuse de pouvoir évoluer dans un milieu aussi créatif. Au delà de mettre en place des stratégies social media et de faire du community management, je peux être à mon tour créative et créer du contenu à forte valeur ajoutée »

♦ Site internet: https://www.justinearma.com/
♦ Page Facebook https://www.facebook.com/JustineArmapro/

Cliquez-ici pour créer votre profil sur Captain Freelance

Cliquez-ici pour recevoir d’autres conseils qui vont booster ta vie de freelance